fbpx
Fin de l'édition spéciale Confiner ensemble,
rendez-vous sur mouvement-up.fr pour suivre toute l'information de solutions.
annaelle sorignet

“Il ne s’agit plus de convaincre mais d’incarner le changement”

La créatrice du blog La révolution des tortues Anaelle Sorignet s’insurge, dans son livre On ne sauvera pas le monde avec des pailles en bambou, contre une écologie tiède récupérée par le capitalisme. Elle se demande surtout comment passer de la lutte contre le changement climatique à la construction d’un monde plus soutenable. Entretien.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

J’ai écrit ce livre alors que je traversais une sorte de crise de l’engagement. J’étais en colère, triste et me sentais impuissante face à l’aggravation du réchauffement climatique. L’inertie collective, la politique des petits gestes qui ne résout rien, a fini par m’épuiser, me dévitaliser. J’ai compris qu’il fallait traverser ces émotions au lieu de les fuir. Comme de nombreux militants écologistes, je me suis je jetée dans l’action peut-être pour éviter de ressentir la peur. Je me suis mis beaucoup de pression car les enjeux sont si importants. Il est aussi très facile de s’y perdre. C’est en effet impossible d’être parfait en tout. Nous sommes prisonniers d’un système qui nous a conduits dans le mur. J’ai compris que lutter contre ce système ne sert à rien. J’ai choisi d’explorer une voie plus constructive qui passe par l’acceptation du monde tel qu’il est. C’est une première étape avant de décider de mettre son énergie à construire le monde que l’on souhaite à notre échelle.

Le retour à l’essentiel est un chemin qui consiste à se demander où l’on souhaite mettre son énergie

Comment retrouver un second souffle écolo ?

L’écologie peut être une voie de développement personnel à condition de faire un chemin vers soi. Le retour à l’essentiel est un chemin qui consiste à se demander où l’on souhaite mettre son énergie. Il s’agit de recontacter ses motivations et ses désirs profonds pour contribuer par l’expression de ses talents naturels à l’équilibre du monde. Un collectif harmonieux est composé d’individus équilibrés et inversement. Notre monde souffre d’une uniformisation qui touche les êtres humains comme l’ensemble du vivant. Nous avons besoin de diversité, de nous sentir utiles dans le domaine qui est important pour nous : la culture, l’éducation, la biodiversité pour construire un monde plus soutenable.

Nous sortirons de la société de consommation, quand nos achats ne viendront plus combler notre sensation de vide

Quel message souhaitez-vous transmettre dans ce livre ?

Pendant des années, j’ai cherché à tout comprendre pour tenter de maîtriser le monde qui m’entoure. Je ne suis plus obsédée par la fin du monde, depuis que j’ai recontacté mon élan de vie qui guide aujourd’hui mes actions. Cela demande du courage car cela nous pousse à nous écarter de la majorité, mais le besoin de cohérence est un besoin fondamental. Je pense que nous sortirons  de la société de consommation, quand nos achats ne viendront plus combler notre sensation de vide. On voit bien que la conscience de l’urgence écologique ne suffit pas à calmer nos pulsions acheteuses. Quand nous faisons de la place à ce qui compte pour nous, quand nous nous écoutons, alors le besoin de consommer est moins fort. Cette prise de conscience doit nous encourager à nous alléger et à incarner nos rêves et nos valeurs. Il ne s’agit plus de convaincre mais d’incarner le changement. On peut changer le monde de multiples façons. L’expression de nos talents libère notre pouvoir d’action.

A lire : On ne sauvera pas le monde avec des pailles en bambou, 14,90 euros

La première des réactions à ce nouveau confinement : “on l’a déjà fait, on a pris l’habitude, ça va être plus simple !” et puis quand ce nouveau rythme s’impose le 30 octobre, des sensations désagréables se font de nouveau ressentir.

On va être honnête, le premier #restonschezsoi a été subi comme une gifle arrivée de nulle part avec le contre-coup en prime. Nous étions tous partis pour ranger la moindre parcelle de nos maisons, enfin nous lancer dans l’écriture du livre tant réfléchi entre deux rames de métro, nous reconnecter avec la nature … nous avons plutôt battu des records de temps passé devant nos écrans, on a frôlé le débordement avec les enfants à côté, engager des danses endiablées dans le salon pour invoquer les dieux de la levée du couvre-feu et avons tous eu un bilan très mitigé de cette période fantasmée comme mise au ralenti.

Et si pour les prochaines semaines, on se confinait mais en mieux ?

MOUVEMENT UP bouscule sa ligne éditoriale pour une édition spéciale “ confiner ensemble” pour faire, de cet épisode 2 du confinement, une période un peu plus nourrissante, un peu moins imposée.

Avec notre partenaire KISSKISSBANKBANK nous vous proposons de nous confiner ensemble et de nous retrouver quotidiennement sur le site www.confinerensemble.fr et sur nos réseaux sociaux pour partager ensemble sur cette période et nous entraider. Notre crédo “nous sommes une équipe : on part ensemble on rentre ensemble” et on n’oublie personne sur le bord du chemin. Petits coups de fatigue, moments de doute, envies de changer de job, de vie, de manière de voir, on va tout traiter. Nous n’allons juste pas nous occuper de nos affaires de cœur … quoi que nous ayons quelques idées là-dessus…

Nous vous fournirons des clés de compréhension et une boite à outils pour que vous puissiez analyser cette actualité complexe en l’éclairant des solutions proposées par ceux qui contribuent à un mieux vivre ensemble et avec la planète : les acteurs du changement.

Nous vous suggèrerons aussi des idées pour apaiser ces sources d’inquiétudes et de questionnements qui peuvent nous traverser. Nous serons aussi force de solutions pour confiner solo, à plusieurs, en famille sans déclaration de guerre à la fin de cette cohabitation imposée.

Notre ambition : rendre cette période féconde à des partages d’expériences et des moments d’inspiration pour préparer la sortie, non pas dans le monde d’après mais celui de maintenant mais en mieux !

La même mais en mieux, vous êtes d’accord ?

MOUVEMENT UP en collaboration avec KISSKISSBANKBANK

Plus d'articles
Emeline de Bouver
Emeline de Bouver : “Le confinement révèle l’importance des relations sociales”